FANDOM


Chapitre 1 : AvènementModifier

Vrinlouk Gazan

Le plus grand des héros !

Lorsque l'ancien chef des pirates des mers du Sud périt de la main d'un aventurier de passage, la célèbre Annie Bonn prit sa succession à la tête du groupe de pirates et commença une purge dans les équipages composant sa flotte. En effet, elle voulait éviter que les anciens proches de leur défunt capitaine ne tentent de la tuer pour reprendre le contrôle de l'armada qu'elle avait sous sa coupe.

C'est ainsi qu'elle fit couler par le fond nombre de capitaines et de navires aidée de ses fidèles sous-fifres dont l'un des plus zélés porte le nom de Vrinlouk Gazan, dit également "L'Ignoble".

L'origine de ce surnom n'était pas très compliquée à trouver une fois nez à nez avec son porteur, ce dernier ne se lavant qu'en de rares occasions et puant l'alcool à des kilomètres ! Il tenait personnellement à s'occuper des basses besognes, sans doutes pour s'attirer les faveurs de son vénéré chef, ainsi il assassina bien des matelots irrespectueux envers leur nouvelle meneuse !

Ainsi, il se vit octroyer le privilège d'occuper la place de capitaine à bord d'un navire qu'il avait pris à une femme capitaine insoumise dont la tête ornait maintenant la proue de son navire. Il renomma cette fière embarcation "L'Hymen de la Vierge", il affirma que c'était en "l'honneur" de son ancien capitaine.

Le nom de ce navire fait pouffer bien des marins, mais une fois abordés par ce dernier, ces mêmes marins sont tout d'un coup moins enclin à l'oisiveté...

Chapitre 2 : Plein nord moussaillon !Modifier

Un beau matin, nul ne sut pourquoi, Vrinlouk Gazan s'éveilla en sueurs et se précipita dans sa salle des cartes pour consulter l'homme qui en avait la garde... C'est ainsi qu'il eut l'idée qui changerais à sa destinée de capitaine pirate lambda : Il voulait explorer ce qu'il y avait au nord du nord, ce qu'il y avait au nord du Norfendre !

Son équipage fit le plein de denrées non périssables et leva l'ancre pour s'élancer vers l'inconnu et, qui sait, découvrir un nouveau continent ? C'est ainsi que l'Hymen de la Vierge fit cap vers le nord.

Le voyage dura plusieurs mois, les vivres commençaient à manquer quand tout à coup, le guet annonça qu'il voyait une terre, une plage de sable fin telle qu'il n'y en avait pas en Norfendre ! En quelques heures ils mirent le pied sur ce nouveau continent que le capitaine du navire renomma Vrinloukrie. C'est à ce moment précis qu'une bande de bandits surgirent des fourrés !

L'échaffourée dura quelques minutes, les conquérants furent tout d'abord surpris, mais ils reprirent vite le dessus sur leurs pitoyables adversaires. Une fois l'affrontement terminé, Vrinlouk entrepris de découvrir qui étaient ces humains en apparence civilisés, et d'en profiter pour leur faire les poches.

Les assaillants étaient vêtus d'une chemise légère, adapté au climat tropical du lieu, et d'un pantalon noir, tenu par une ceinture rouge. Ils possédaient également des bottes telles que l'on peut souvent en trouver chez les pirates à la mord moi le noeud du sud ! Certains d'entre eux portaient un bandeau rouge. Soudain, un membre de l'équipage, un simple mousse, s'écria :

"BORDEL ! C'est la voile sanglante !"

Plusieurs murmures furent échangés, la plupart sur un ton inquiété, avant que le capitaine ne fit taire son équipage d'un geste de la main.

"J'crois qu'on l'avait bien compris mousaillon..."

Chapitre 3 : Au nord du nord, y a le sud !Modifier

Une fois sur son navire, la première action de Vrinlouk fut de décapiter son cartographe, cet incapable n'avait pas su lui expliquer de manière compréhensible qu'à force d'aller vers le nord, on se retrouve au sud ! Chez ces pourris des pirates des mers du sud !

Après sa crise de rage habituelle quand il se retrouve devant une situation innatendue, Vrinlouk se rendit compte qu'il serait difficile de se rendre au Norfendre maintenant que le crâne de son cartographe avait rejoint sa collection... Surtout quand la majorité de l'équipage se trouve être aussi inculte que son capitaine !

Ils durent longer la côte, en évitant les récifs à vue d'oeil, avant de trouver une sorte de port, des planches de bois clouées les unes aux autres formant une sorte de dock. Sur ce dernier s'affairaient nombre de débardeurs, occupés à descendre des caisses de bateau de petite taille comparé à l'Hymen de la Vierge. L'équipage de Vrinlouk, fort de leur gros bateau, se mirent à narguer les passants en contrebas puis jetèrent l'ancre