FANDOM


ArgattePropagandepaladin

A notre Dirigeant bien aimé,

Introduction Modifier

Notre ère connait actuellement une Gloire énorme, celle de notre dirigeant. Son nom, Argatte, l'Admirable, Premier du nom, et Seigneur de Trevenas à vie. Sous sa direction, notre misérable village de pêcheurs est devenu un centre névralgique d'activités sociales, économiques, et culturelles. On cite les grandes réformes : L'abolition de la peine de mort et l'accès à l'éducation pour tous les citoyens ainsi que la création de la CRTGA.

Mais que savez-vous réellement de votre dirigeant ? Car autrefois, votre dirigeant n'était pas un Seigneur, au cœur pur et aux intentions nobles. Son passé raconte l'histoire d'un homme admirable enrôlé dans des conflits pour la liberté des siens.

Voici son Histoire.

Auteur anonyme.

Livre I Modifier

Il était une fois, il n'y a pas si longtemps que cela, une famille vivant uniquement grâce au patriarche, bûcheron de son état et résidant dans les confins d'Elwynn, sans richesse, sans noblesse et sans honneur. Le père travaillait beaucoup, sa famille lui devait tout. Lui et sa femme n'avaient engendré qu'un fils, qui se nommait Argatte. Le héros allait se découvrir.

A l'âge de 3 ans, Argatte étrangla son premier taureau, et ramena sa dépouille à ses parents. Le taureau avait défié du regard le bambin alors qu'il pleurait dans son berceau, celui-ci avait alors montré ses compétences hors du commun pour calmer la bête.

A l'âge de 7 ans, le père d'Argatte meurt et sa femme, trop vieille et considéré comme infirme, est laissé à la maison, et ne peut même pas s'adonner au travail qui lui incombait en tant que femme : La cuisine, l'entretiens de la maisonnée, et l'éducation des gamins. Argatte doit alors prendre les choses en main, et à l'âge de 7 ans, il quitte sa demeure pour Hurlevent dans l'espoir de trouver de l'argent pour que sa famille puisse subsister. 

En arrivant à Hurlevent, le gamin de 7 ans vit une Horde d'êtres à la couleur verdâtre s'écraser sur les murs de la Ville : La Horde tentait de prendre Hurlevent ! Se frayant un chemin dans la ville en tuant des régiments d'Orcs entiers, le petit gavroche des campagnes se replia dans un quartier qui sera plus tard appelé la Vieille Ville. De sa force légendaire, il empêcha la Horde de pénétrer le quartier, c'est pour cette raison que la ville n'eut pas à le rénover.

Le Gamin dû repartir d'Hurlevent, la ville étant complètement conquise par la Horde à l'exception de la Vieille Ville. Il rejoignit sa mère dans leur pittoresque demeure pour la découvrir incendié par une troupe de la Horde. Argatte arracha alors une des colossales poutres de la maison pour tuer une troupe d'Orcs restée sur place, soit une vingtaine de ces créatures abjectes. Sans famille et sans demeure, l'Humain partit alors à la recherche d'un foyer.

A 10 ans, il prit d'assaut un Juggernaut Orc pour atteindre Lordaeron et y débuta une formation de Paladin. Presque aussi talentueux que Ser Uther le Porteur de Lumière, si ce n'est plus, il devient vite adulé par ses compagnons d'arme, malgré le fait qu'il n'ait que 10 ans. La légende raconte qu'il aurait vaincu Orgrim Marteau-du-Destin à l'ombre du Mont Rochenoire, alors que celui-ci venait de défaire Anduin Lothar. Après quoi, de son habituelle modestie et grandeur d'âme, il aurait attribué l'exploit à Turalyon, le nouveau Commandant de l'Alliance. Il hérita des terres des Carmines du Nord en récompense, mais, encore une fois modeste, il les donna à de pauvres rescapés d'Hurlevent pour qu'ils puissent vivre à nouveau en paix. Inconsciemment, il créa Trevenas. 

A 17 ans, après un long service et apprentissage aux côtés des vaillants défenseurs de la Lumière, il devint Seigneur-Paladin de l'Est de Lordaeron. Appelé par son devoir en tant que Vétéran de l'Alliance, il sera remplacé plus tard par Tirion Fordring, celui qui porte la Lame sacrée Porte-Cendre.


Vous voulez en savoir plus ? Lisez le Livre II de la Vie de l'Admirable, disponible dans chaque bibliothèque de Trevenas !

Ces écrits sont publiés en toute objectivité, si bien que l'on a effacé le nom de l'auteur.