FANDOM


Préface Modifier

An 47, par Gastho Parlamath. Barmudes.

Recherches sur les Gobelins des Jungles : Le Cri primal.

Avant toute chose, je tiens à signaler que tout ce qui est écrit ici vient des Recherches d'une Expédition dans la Région des Barmudes, de Strangleronce. Tout cela n'est que de la théorie, de la supposition, des synthèses sur des observations.

Synthèse des Recherches Modifier

Tout ceux s'ayant aventurés dans les Barmudes connaissent forcément ces dangers principaux, les Trolls, les Plantes vénéneuses, et bien d'autres horreurs. Parmis ces satanés créatures, les Galbelins, aussi nommés par d'autres scientifiques Arbrelin, ou encore communément Gobelins des Jungles. 

Ces créatures peu communes semblent être l'équivalent des primates dans nos autres jungles, et très peu se souviennent d'avoir été volés par ces êtres très étranges, étant donné qu'ils agissent vite. J'ai donc décidé, avec d'autres camarades, de faire des recherches sur ces Gobelins.

Nous y sommes partis le premier jour de la semaine 3 de l'an 47. Nous enfonçant dans les Jungles, tout en repoussant les horreurs que l'on y trouve, nous cherchions à attirer les cupides Gobelins des Jungles dans un guet apens. Un des nôtres avait décidé de sacrifier ses économies pour attirer les abominables singes verts, il se tenait au milieu de notre groupe, ses bourses bien serrés contre sa ceinture. Nous commençions à pourrir sous le soleil, environ deux heures s'étaient écoulés, quand soudainement, des ombres nauséabondes couraient à travers les palmiers. Mais nous étions préparés aux attaques des Gobelins, et nous évitions avec aisance les noix de coco en nous rassemblant loin des palmiers. Après une maîtrise de la situation, un bras et un genou cassé, les indigènes semblaient avoir disparus. Tout était redevenu calme. Mais après quelques minutes, des secousses agitaient l'endroit où nous étions placés. Barrakk se retourna et chercha une bestiole dans les environs, il se redressa de toute sa hauteur d'Homme-vache pour mieux voir, et je compris alors pourquoi j'avais sélectionné cet imbécile dans mon groupe. Il servait de bouclier, et voyait plus haut que la majorité du groupe, soit Nains, Gobelins, et Humains.

Mais le problème ne venait pas ce jour-ci des arbres et au delà. Des mains vertes recouvertes d'ornements tribaux sortirent du sol sableux, et les Gobelins des Jungles attaquèrent le Groupe avec une sauvagité et une ruse jamais vue. Heureusement, nous étions préparés, et assez nombreux : Nous avions au bout de quelques minutes décimés leur groupe. Mais il en restait un, ma cible. Leur leader.

Il se tenait devant nous. Je me souviens encore de lui, recouvert d'une peau de bête, sûrement celles des tigres de Strangleronce, portant des bottes fourrés ornementés de cornes incurvés, de tikis, de crânes, et recouvert de tatouage. Il n'était même pas armé, et nous observait tout de même avec un air de défi. Il se tourna alors subitement vers Boggul, celui qui portait le maggot, et il fit quelque chose qui fit changer la tournure de mes recherches.

Un incroyable cri retentit aux environs.

Une déferlante d'énergie s'abattit brutalement sur Boggul, qui, du haut de ses 90 centimètres, s'envola aussi bien qu'un ballon de footbombe. L'énergie eut l'effet d'un revolver, et une formidable décharge sonore abasourdit tout le monde aux environs. Des amas d'oiseaux tropicaux s'échappaient déjà, appeurés par le cri. L'énergie fit sombrer Boggul dans le coma, et une chose encore plus improbable se produisit. Des déchirures se formèrent à l'endroit où se tenait Boggul, et des amas de pièces d'or en tombèrent, ainsi que des biens personnels étrange : Parapluie, robe de sorcier, chapeau pointu... 

Après cela, le Gobelin prit une partie du butin, et creusa un terrier dans lequel il s'échappa.

En rentrant au camp le lendemain, nous avons découvert que Boggul était un charlatan. C'était un sorcier Gobelin qui transmutait de fausses pièces, et il les avait rangé dans les Dimensions qu'avait ouvert le Gobelin des Jungles via sa magie étrange. Mais je me fichais déjà du sort de Boggul.

Je me souviens encore précisemment ce qu'il avait prononcé, dans son Cri surpuissant.

161572-126982-trogg

J'ai représenté le Gobelin des Jungles dans son cri surpuissant.

Il avait prononcé : " FRIC-RO-DAH ". Et ces mots étaient emplis de puissance.

Mais malheureusement pour moi, ces découvertes furent rapportés à Krick Magouille et Kab Kaboum, les principaux investigateurs de l'Expédition Skriackienne. Je fulmine encore rien que d'y penser... Kab Kaboum avait autre chose à faire, mais cela semblait avoir intéressé particulièrement Krick Magouille. Il assigna un détachement de recherches pour étudier ce phénomène et il m'exclua de l'affaire sans raison apparente. Il avait peut être vu la lueur dans mes yeux, ou ce fut car j'étais un Gnome. Mais cela n'avait d'importance.

Je contacta un de mes plus fidèle ami, Kharlos, et je le mis au courant de la situation. Le Gobelin mis du temps à comprendre ce dont je lui parlais, et ne me croyait pas forcément au début. Il me mit au courant de l'intérêt que cela avait suscité chez Krick Magouille, et que deux détachements étaient déjà perdus dans les Barmudes à cause de son égoïsme. Il aurait soit-disant contacté Kab Kaboum à propos, sûrement pour le supplier de lui prêter des troupes.

Et le surlendemain, ce que mon ami avait dit se fit : Kab Kaboum et Krick Magouille s'absentèrent pour une dernière expédition sur le sujet, " Pour en finir enfin. ". Des dizaines de Pionniers avaient en effet déjà disparus, ces pertes étaient colossales pour le nombre réduit de nos hommes. Ils s'étaient décidé d'y aller enfin, et d'en finir : Soit ils perdaient encore des hommes, réduisant fortement notre nombre, et mettant un terme à ses recherches, soit ils trouvaient, et ils avaient une source de puissance formidable. J'étais mitigé sur ces deux choix. Lequel me conviendrait le mieux ?

Trois jours passèrent, avant qu'on les revoit à nouveau. Ils étaient victorieux. Quelques pertes semblaient s'être déclarés, mais rien de grave. Et le mieux était les Gobelins des Jungles enchaînés qu'ils emmenaient au camp. Enfin du savoir. Mais c'était trop demander : Krick Magouille intervint dans le camp, et se prononça sur les Gobelins des Jungles : Il était le seul à pouvoir interroger les vaincus avec certains de ses meilleurs contacts, sinon, les traîtres seraient envoyés vers la Forteresse Zul'Fudrekk. 

Je perdis le reste de mon espoir, et j'abandonna mes tentatives de recherches.

Mais le soir même, il se passa quelque chose d'étrange.

Je me voyais, dans une Jungle totalement habitée. Les Arbres de trentaine de mètres s'élevaient, et de nombreuses habitations, ponts, échelles, reliaient le tout, comme une ville, comme une capitale surhabitée. Le ciel était totalement gris, recouvert de siphons blancs, comme des éclairs qui fendaient constamment le ciel. Les Vents m'emportèrent au dessus de tout, à proximité des Nuages, et une forme s'adressa à moi.

Caché derrière les sombres nuages, elle semblait être celle d'un être surpuissant, grand, bien plus que les Humains du Nord qui servaient le Roi-liche. Seul des yeux blancs perçaient les nuages et pénétraient mon âme. Je n'arrive plus à me souvenir de ce à quoi il ressemblait. Car je rêvais bel et bien.

La créature commença à s'adresser à moi via l'esprit, faisant vrombir ma volonté et la pliant aussi facilement que de la paille.

" Khos makhk'shiir Zon Sqahall Hasath Ygor xerexx Khos xerexx. "

C'est tout ce dont je me souvins, car je l'avais noté inconsciemment sur un bloc-note pendant mon rêve. Etrange, hm ?

Par la suite, je me réveillai, tout en sueur. Mon bloc-note sur les genoux avec ces paroles étranges écrites dessus. Cela ressemblait étrangement au Cri du Gobelin des Jungles. J'en conclue que leur présence jouait un rôle dans mon rêve étrange. Je voulus en savoir plus sur cela en contactant les créatures en douce, mais ils furent envoyés en CRTGA le jour-même, apparemment supervisé par Kab Kaboum. 

Et depuis, je ne cesse de rêver. 

Ce que j'ai pu comprendre du Pouvoir du cri, en conclusion : Ce Pouvoir proviendrait selon moi d'une entitée supérieure, c'est une manifestation de la Volonté du Personnage qui l'utilise, et c'est pourquoi seul les Dirigeants Gobelins des Jungles savent manifester leur pouvoir. Il faut un certain temps pour réussir à relancer un Cri de pouvoir, car l'énergie dégagée aussi rapidement fait horriblement souffrir. Ce que j'ai pu voir jusqu'à présent, le "FRIC-RO-DAH", est selon moi une manifestation de la Volonté de voler du lanceur : Généralement, les Dimensions de poche des mages s'ouvrent indépendament de leur volonté pendant le sort, et la Force dégagée est capable d'assomer le personnage en plein chemin. 

Fin du Premier Journal.

Localisation Modifier

  • On peut trouver plusieurs copies de ce Livre auprès des Fournisseurs de la Skriack, principalement dans les Bibliothèques Skriackiennes des places fortes Barmudiennes. Certains scientifiques portent ce journal sur eux.
  • Prix estimé : 2 d'or.